Au château de Monbazillac

Au château de Monbazillac

L’été dernier, j’ai eu le plaisir de visiter le château de Monbazillac, lors de mon séjour en Dordogne. Terre de protestantisme, on retrouve même des traces des Cathares sur cette terre (j’y reviendrai plus tard).

L’actuel château de Monbazillac fut édifié en 1580 par Charles d’Aydie, sur l’emplacement d’un ancien village dont on a trouvé des traces dans la cour.

Histoire du château de Monbazillac

Monbazillac a connu les guerres de religion, et on peut encore en voir des traces dans le château. Ainsi, au détour d’une salle du château, on pourra admirer des livres d’époque, et quelques gravures relatant le siège de La Rochelle. Une première chapelle, construite au XIIème siècle, vit les les moines planter les premières vignes (les moines joueront ultérieurement un rôle important dans la commercialisation du vin). Les protestants détruisent l’église du village en 1563 ; elle est reconstruite par les catholiques, et à nouveau détruite en 1607.

Monbazillac - bibliothèque

Monbazillac – bibliothèque

reconstitution de l'arbre généalogique de Charles d'Aydie.

reconstitution de l’arbre généalogique de Charles d’Aydie.

Avant cette première destruction, Charles d’Aydie, qui avait obtenu les terres de Monbazillace par un lègue de sa mère Anne de Pons, construit le château, sur la base d’un plan des plus simplistes : un rectangle dont chaque angle est pourvu d’une tour. L’accès au château se fait alors par un simple pont à deux arches. On voit encore aujourd’hui les traces de quelques volontés de défense (meurtrières et autre chemin de ronde).

Avec la deuxième destruction de l’église du village en 1607, un huguenot, Louis de Bouchard d’Aubeterre, devient maître du château, en récompense de services rendus au roi Henri IV : la seigneurie de Monbazillac devient un vicomté. Bergerac devient alors un haut-lieu du protestantisme dans le bergeracois. Mais en 1686, c’est la révocation de l’édit de Nantes : la veuve de Pierre Barraud, qui a acquis le château en 1666, se convertit au catholicisme, la mort dans l’âme, après avoir tenté de favoriser le culte protestant en terres bergeracoises.

Au XVIIIème siècle, le château devient la propriété de la famille de Bacalan qui permit à ce bâtiment, aujourd’hui classé monument historique, de traverser la révolution française sans encombre : François Hilaire de Bacalan abandonne sa particule et devient le premier maire de Monbazillac.

Depuis 1960, la château est la propriété de la cave (coopérative) de Monbazillac. Les anciens chais, situés sur à droite du château accueillent aujourd’hui des réceptions. On peut découvrir dans les salles du château diverses expositions permanentes, et s’imaginer la cuisine d’antan, du temps où un Vicomte dominait encore la vallée de la Dordogne du haut des tours de Monbazillac.

Le vignoble de Montbazillac